Comment soulager les bouffées de chaleur de la ménopause naturellement ?

Comment soulager les bouffées de chaleur de la ménopause naturellement ?

La ménopause survient habituellement chez les femmes entre 45 et 55 ans. Elle correspond à l’absence de règles pendant au moins un an (et plus de 6 mois d’affilées), les ovaires ayant arrêté de produire les hormones féminines : les oestrogènes et la progestérone. C’est une étape incontournable dans la vie d’une femme qui s’accompagne souvent de désagréments.

Parmi les plus handicapants, les bouffées de chaleurs, dont la période est variable selon les personnes. Elle peut durer de quelques mois à quelques années (en moyenne de 3 à 5 ans). Elles surviennent de manière irrégulière, allant de quelques fois par semaine à plusieurs fois par jour. Elles sont brèves et durent rarement plus de quelques minutes ! Mais c’est suffisant pour être très gênants…

Les bouffées de chaleurs peuvent apparaître à la pré-ménopause (qui correspond à une période d’irrégularités du cycle menstruel à l’approche de la ménopause) et cessent souvent quelques années après le début de la ménopause. Pourtant, il y a 15 % des femmes qui sont handicapées par ce trouble pendant 30 ans ! Quels sont les symptômes, leurs origines et les solutions naturelles pour les soulager ?

Bouffées de chaleurs, les symptômes

Les signes cliniques ressentis varient d’une femme à une autre, mais dans la majorité des cas ils se traduisent par :

  • Une transpiration soudaine et excessive au niveau du visage (front, joues, nez) et du reste du corps (thorax, jambes),
  • Des réveils nocturnes (trempée de sueur, avec souvent des frissons dus aux draps mouillés),
  • Des rougeurs au niveau des joues et du cou,
  • Une sensation de chaleur au niveau des mains et des pieds,
  • Des palpitations.

L’origine des bouffées de chaleurs

La ménopause est ainsi marquée par un déséquilibre hormonal, avec la chute des deux hormones féminines. Dans un premier temps, les ovaires cessent de sécréter de la progestérone. Les cycles vont alors devenir irréguliers (plus longs, plus courts ou plus douloureux) jusqu’aux dernières règles. C’est la phase de la pré-ménopause.

Dans un second temps, les sécrétions d’œstrogènes diminuent. Cette chute est responsable des bouffées de chaleur (et également de la sécheresse vaginale). L’hypothalamus, région du cerveau qui contrôle la température corporelle, va considérer que le corps est en surchauffe et va ordonner au système nerveux central d’évacuer l’excès de chaleur supposée (alors que la température reste constante). C’est alors que vous sentez la bouffée de chaleur vous envahir, obligeant l’organisme à compenser en dégageant de la chaleur.

Il faut noter, qu’il n’y a pas que la ménopause qui entraîne des bouffées de chaleur. Un déséquilibre de la thyroïde (hyperthyroïdie) peut causer également cette manifestation, à vérifier par une prise de sang.

Les phytohormones

Les phytohormones sont des molécules issues de plantes, proches des hormones naturelles que nos ovaires fabriquent. Elles permettent d’équilibrer les désordres hormonaux sans avoir les effets secondaires des hormones de synthèse. L’organisme ne retiendra que ce dont il a besoin.

Les phytohormones aident à réguler les troubles de la ménopause, dont les bouffées de chaleur. On distingue :

  • Les plantes riche en oestrogènes, les « phyto-oestrogènes » : la sauge officinalis, le houblon, le lin, l’avoine, le trèfle rouge, le fenouil, le soja, le framboisier, l’argousier, l’alfafa,
  • Les plantes riche en progestérone, les « phyto-progesterones » : l’alchemille, le gattilier, la salsepareille, l’achillée millefeuille, le yam.

Contre-indication : il est déconseillé pour les personnes ayant eu un cancer hormono-dépendant (sein, ovaires, utérus) de se complémenter en phyto-hormones.

source : Biophénix