La bourrache et l’onagre, de bons acides gras

La bourrache et l’onagre, de bons acides gras

La bourrache (Borago officinalis), très répandue au Moyen-Orient (on la dit originaire de l’actuelle Syrie) et en Méditerranée, fournit une huile précieuse. Elle se distingue par sa richesse en acides gras polyinsaturés (AGPI) de la famille des oméga-6 (40 % d’acide linoléique et 25 % d’acide gammalinolénique) et oméga-9 (18 % d’acide oléique). Ces « bons gras » jouent un rôle essentiel dans la constitution des membranes cellulaires, en particulier celles de la peau. Plus l’épiderme est riche en AGPI, plus la fonction de barrière cutanée est efficace. Les AGPI jouent aussi un rôle fondamental dans la prévention du vieillissement de la peau. On pourrait dire que c’est pour elle (ainsi que pour les cheveux) un véritable nectar de jouvence, d’autant que ces précieux AGPI sont absents de l’alimentation industrielle et que nous ne les synthétisons pas.

L’onagre, quant à elle, est originaire d’Amérique du Nord, où les Amérindiens l’utilisaient déjà pour ses vertus apaisantes et cicatrisantes. L’huile d’onagre se différencie de celle de la bourrache par un ratio différent en AGPI. Elle intègre moins d’acide gamma­linolénique et plus d’acide linoléique. S’ils sont tous les deux des oméga-6, le premier est simplement beaucoup plus rare dans nos sources alimentaires végétales que le second. Par ailleurs, l’exploitation de la bourrache présente un rendement bien moindre, ces deux caractéristiques expliquant son prix sensiblement plus élevé que celui de l’onagre.

Les huiles de bourrache et d’onagre sont particulièrement indiquées contre l’eczéma, généralement ­caractérisé par un manque d’acide gammalinolénique. Elles peuvent aussi bien se consommer par voie orale que s’appliquer ­directement sur la peau et sur les ­longueurs et les pointes des cheveux. En externe, elles peuvent s’utiliser très simplement en addition d’une crème de jour, à mélanger dans le creux de la main avant application. Elles auront un effet régénérant et ­hydratant, redonneront de la souplesse et de l’élasticité au derme et protégeront des agressions extérieures (soleil, vent, froid) grâce à leurs propriétés antioxydantes, et du fait d’une viscosité supérieure, pour ce qui concerne la bourrache.

Source : Plantes & santé