Quelle alimentation privilégier pendant la grossesse ?

Quelle alimentation privilégier pendant la grossesse ?

La grossesse est une période particulièrement importante pour une femme. C’est aussi la période où mille questions se bousculent : vais-je avoir des nausées et souffrir de constipation comme ma mère ? Comment ne pas prendre trop de poids, comment ensuite le perdre ? Que dois-je manger pour que mon bébé en formation ne manque de rien et puisse se développer harmonieusement ? Comment protéger mon futur bébé de tous les produits chimiques qui inondent la plupart des produits alimentaires (colorants, faux sucres, excipients, conservateurs…) ? Comment vais-je vivre ma grossesse, vais-je être fatiguée, avoir des baisses de moral ?

Comme souvent dans la vie de tous les jours, les réponses sont assez simples et il faut faire appel à son bon sens. Pour ne pas polluer le bébé : manger des produits frais et bio. Pour faire face à la demande sans cesse croissante du bébé en vitamines, minéraux, acides aminés, acides gras essentiels : choisir des compléments alimentaires à base de végétaux bio et 100% naturels ne contenant aux additifs.

Les besoins de la femme enceinte sont spécifiques car ils doivent apporter tous les éléments essentiels au développement harmonieux du petit être en construction. La maman doit satisfaire non seulement ses besoins propres mais également ceux du fœtus qui évoluent tout au long de la grossesse.

Grossesse : les besoins spécifiques

1. Les minéraux

  • Fer

Les principales sources de fer dans l’alimentation sont les lentilles, les graines de tournesol, les épinards, le persil, le boudin noir, le foie et les germes de blé. Mais certains de ces aliments sont trop riches et ne peuvent être consommés au quotidien. Et il faut aussi prendre en compte la quantité nécessaire pour arriver aux doses recommandées ce qui est souvent impossible à réaliser.

Dès le 2ème trimestre, l’enfant commence à faire ses réserves en fer qui est une des composantes des globules rouges. Il va donc pomper dans les réserves de sa maman. Il faut penser à augmenter les apports pour éviter anémie et fatigue.

  • Magnésium

Il fait partie des minéraux indispensables au fonctionnement de toutes les cellules, qu’il s’agisse des muscles, du système immunitaire (défense contre les microbes), de l’équilibre nerveux, etc. Il est donc fondamental pour le bon déroulement de la grossesse.

Certains aliments sont de bonne source de Magnésium : le chocolat avec modération, les bananes, les coquillages (à éviter pendant la grossesse à cause des risques d’infections).

Une carence en magnésium augmente les risques de contractions prématurées de l’utérus et d’hémorragies lors de l’accouchement.

Enfin, les études ont montré qu’une supplémentation en Magnésium avait des effets positifs sur le bébé et notamment sur son développement cérébral. Les mamans donnent naissance à des bébés plus calmes. 

  • Calcium

Dès le 3ème mois, l’enfant se construit en utilisant le capital minéral de sa maman. Pour répondre à cette demande accrue, l’absorption intestinale augmente mais il faut que les apports soient suffisants.

Nous ne le redirons jamais assez, les produits laitiers, particulièrement quand ils sont issus de transformations industrielles multiples, ne sont pas la meilleure source de calcium.

Par contre, il existe des sources de calcium 100% végétales parfaitement assimilable par l’organisme humain. On trouve une quantité importante de calcium dans les légumineuses, les oléagineux, les céréales, les fruits secs, les légumes verts tels que les asperges ou le chou. Le persil, les épinards et les graines de sésame sont également riches en calcium.

2. Les vitamines

  • Vitamine D

Elle est indispensable à la fixation du calcium, les besoins sont augmentés durant la grossesse. 

  • Vitamines du groupe B

Les besoins en vitamine B9 augmentent de 30% durant la grossesse. Cette vitamine de même que la vitamine B12 est indispensable au bon développement du système nerveux et de la croissance du cerveau de l’enfant. Elle est importante surtout en début de grossesse. La vitamine B9 est présente dans les végétaux verts à feuilles (épinards, choux de Bruxelles, brocolis).

Une carence peut se traduire par un retard de croissance.

  • La vitamine C

Elle renforce la qualité du placenta.

 3. Les Acides Gras Essentiels

Les Oméga 3 D.H.A. sont les constituants essentiels à la construction du système nerveux du fœtus. Les réserves maternelles s’épuisent au fur et à mesure que le bébé se développe.

Pour un développement optimal du fœtus, il faut donc trouver une source d’Oméga 3 de qualité.

Les huiles végétales biologiques sont des sources Oméga 3 et 6. Mais dans le cas de la femme enceinte, il faut éviter toute surcharge du foie qui doit déjà retraiter le flux d’hormones libérées au cours de la grossesse.

Les problèmes liés à la grossesse

1. Grossesse et troubles digestifs

  • Nausées

Il faut essayer de fractionner les repas, boire en dehors des repas et éviter les plats qui dégagent de fortes odeurs difficiles à supporter. Bien entendu, pas de fritures, ni de plats trop gras.

Le foie est sans doute débordé par les changements hormonaux importants. Il faut donc penser à le soutenir.

  • Constipation

De nombreux facteurs interviennent. Quelquefois, la baisse d’activité physique peut être la cause de cette constipation, de même que la position du bébé en fin de grossesse.

Il faut alors privilégier les aliments riches en fibres.

Les céréales sans gluten comme le quinoa et la semoule de maïs permettent de limiter les phénomènes d’intolérances.

  • Déséquilibre de la flore

Le tube digestif du fœtus est stérile. C’est au cours de l’accouchement qu’il va rentrer en contact avec les bactéries constituant la flore intestinale et vaginale de la maman. Si la flore de la maman est déséquilibrée, alors la flore du nourrisson présentera les mêmes déséquilibres. Ce déséquilibre peut entraîner des problèmes de digestion et une faiblesse de son système immunitaire.

La femme enceinte doit donc scrupuleusement veiller à l’équilibre de sa flore intestinale. C’est le patrimoine le plus précieux qu’elle transmet à son enfant.

2. Grossesse : l’impact des carences sur peau, ongles et cheveux

Très souvent, en fin de grossesse la femme observe un perte d’éclat ou une diminution du volume des cheveux. Ses ongles deviennent cassants, fragiles. Ceci est lié aux carences en minéraux et oligo-éléments qui ont été puisés par le fœtus, au détriment de la maman.

Une alimentation riche en oméga 3 et 6 permet de nourrir les tissus, associée à une bonne hydratation, mais il faut également un apport en acides aminés, en minéraux et oligo-éléments pour compenser les carences.

Les préoccupations de la femme enceinte sont donc tout d’abord de satisfaire les besoins nutritionnels liés à la croissance du bébé, mais également de gérer les troubles rencontrés par beaucoup de femmes : constipation, mauvais sommeil, anxiété, problèmes circulatoires. Le critère impératif dans le choix des compléments alimentaires doit être la garantie de produits 100% naturels sans additifs, sans polluants chimiques, sans risque pour le fœtus.

Source : Biophénix